Blog

Confinement : Réflexions sur l’avenir des festivals.

Japan Tours avec Flex Arcade et Ludovic (Inforumatik).

« Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus forts » Conan le Barbare Friedrich Nietzsche.

Dimanche 16 mars, l’ambiance est un peu morne. L’annonce est faite, le confinement commence dès le lendemain, le 17 mars.
Vu d’ici, ça ressemblait à ces films où des portes de métal tombent avec un bruit d’aspirateur rachitique pour isoler nos héros alors qu’ils tentent de s’évader d’un énième vaisseau spatial en perdition.

Au-delà, je me préparais déjà aux coups de fil des organisateurs pour annoncer l’annulation des festivals de printemps et du début d’été. Un coup dur.

Pas tant pour les rentrées financières parce que contrairement à d’autres qui ont eu moins de chance, les festivals et l’organisation des espaces jeux vidéo ne sont pas ma ressource principale. Non, ce qui allait me manquer le plus c’était avant tout, les rencontres avec de nouveaux développeurs indépendants, revoir les potes, discuter avec les festivaliers et surtout passer du temps avec les différentes organisations pour leur préparer un espace jeux vidéo indépendants à la mesure de leurs envies. Parce que mon métier, s’il fallait le définir, c’est bien de m’adapter à chacun et d’apporter à chaque fois des nouveautés. Faire bouger les lignes pour que les créateurs indépendants puissent venir présenter leurs projets de jeux et rencontrer des festivaliers passionnés.

Et les coups de fils sont arrivés. Gamers Assembly annulée, reportée et de nouveau annulée. Stunfest, annulé. Japan Expo, annulée. On se voyait déjà prévoir des événements plus petits, avec des scènes mutualisées, moins d’exposants, mais tout autant de passion. Et au fond, revenir sur des événements à taille humaine où mes valeurs phares comme la bienveillance, la convivialité et l’écoute auraient eues encore plus leur place. Avec tout ça, les développeurs indépendants auraient eu leur mot à dire avec un sourire et leur sincérité. Parce que ce qui me touche, c’est bien la force et l’investissement qu’ils mettent à faire des jeux qui correspondent le mieux à leur vision du jeu vidéo.

Puis au bout de quelques jours est venue le besoin de réfléchir sur ce qui allait devenir indispensable maintenant que la crise du Covid-19 était passée par là. Repenser les espaces jeux vidéo indépendants sur lesquels je travaille pour aller vers je l’espère, plus de sens.

Premièrement et c’est essentiel, remettre le joueur et son expérience au cœur de mes préoccupations. Comment faire kiffer les joueurs, comment leur apporter du neuf ?

Deuxièmement, comment faire pour que les créateurs de jeux vidéo indépendants ayant pour certains traversé tout le pays, voir même une frontière (je pense à l’ami Gabriele, créateur italien du jeu Fly Punch Boom ou les belges de chez Maratus) trouvent leur compte à venir présenter leurs jeux ?

Troisièmement, comment faciliter l’accès aux conférences de plus en plus nombreuses que j’ai le plaisir d’animer avec de nombreux intervenants sur les scènes dédiées des festivals afin de les rendre plus participatives avec les festivaliers mais aussi un tout nouveau public, celui qui est devant son ordinateur et en ligne ?

Début de réponse au prochain épisode.